Voyage de reconnaissance - Eté 2008

Salam aleikoum, nanga def ?

Le voyage :

19/04/2008 : Départ

Deux membres de l’association (Marion Corre-Labat et Thomas Payen) participent à ce premier voyage de reconnaissance sur le sol sénégalais. Partis aux aurores de Paris, nous gagnons Madrid dans un premier temps avant de nous envoler pour le continent africain. Un ciel découvert nous permis de contempler les sommets de l’Atlas et l’étendue envoûtante du Sahara avant d’atterrir à Dakar en fin de soirée. Nous échappons à la meute de chauffeurs de taxi grâce au chauffeur envoyé par Mr Amadou (directeur de FUMOA-COFISAC qui s’occupe d’emballages en tous genres) et nous rejoignons à grand renfort de klaxon notre camp de base à Dakar, la case de l’AFVP. Accompagnés des volontaires présents ce soir-là, nous finissons la journée en dégustant un dibi haoussa arrosé de thé à la menthe.

test titretest description

20/04/2008 : Visite de Dakar

Les quartiers populaires de Dakar ont une atmosphère à nul autre pareil. Très animés et chaleureux, nous errons sans nous presser des pirogues multicolores du marché aux poissons de Sombédioune aux déroutantes boutiques de la Médina en passant par Gueule Tapée, l’œil attiré par milles curiosités. Dans ces quartiers peu touristiques, nous ne laissons pas indifférents. Ce n’est qu’après 50 refus de monter dans un taxi ou d’embaucher un guide et autant d’enfants venus nous serrer la main ou nous regarder de loin d’un air inquiet que nous regagnons Sacré Cœur 3, quartier où nous logeons.

21/04/2008 : Rencontres

Nous rencontrons Mr Barry travaillant au PERACOD (Programme pour la promotion de l’électricité rurale et de l’approvisionnement durable en combustibles domestiques, http://www.peracod.sn/) qui nous a énormément aidé en nous permettant notamment d’obtenir des rendez-vous avec la direction de l’énergie (DE) et avec l’ASER (Agence sénégalaise d’électrification rurale, http://www.aser.sn/). Après avoir discuté des programmes et institutions nationales prenant part à l’électrification au Sénégal, nous voilà en route pour rencontrer Mr Amadou qui nous avait généreusement prêté son chauffeur à notre arrivée. Nous vérifions ainsi de plus en plus l’hospitalité (ou Téranga en wolof) sénégalaise dont on nous avait tant parlé.

22/04/2008 : Suite des rendez-vous

Nous entamons notre journée par une visite à la direction de l’énergie. Nous y rencontrons Mr Seck qui nous renseigne sur la situation énergétique actuelle au Sénégal ainsi que sur les projets de développement du gouvernement et plus particulièrement en ce qui concerne l’électrification rurale. Nous enchaînons sur une visite à Ténésol, entreprise spécialisée dans l’énergie solaire voltaïque (http://www.tenesol.com/), afin d’avoir une meilleure idée de l’investissement financier requis par notre projet. Enfin, nous visitons les locaux du PERACOD où nous rencontrons de jeunes volontaires français venus passer un an ou deux ici.

23/04/2008 : De Dakar à St Louis

Transit vers Saint Louis en taxi brousse 7 places (d’après le chauffeur), 4 heures de contacts intenses coincés entre deux mama africaines. Nous sommes accueillis chaleureusement par un couple d’amis (Pauline et Jean-Marie) qui nous logeront durant notre séjour ici. Saint Louis est beaucoup plus jolie et calme que Dakar et c’est avec impatience que nous attendons de la visiter.

24/04/2008 : Visite guidée

La journée commence par une visite en calèche du centre ville de Saint Louis, du marché aux poissons de la langue de Barbarie avec son immense séchoir à l’air libre et du cimetière des tirailleurs. Nous apercevons la Mauritanie de l’autre côté du fleuve Sénégal au nord de la ville. Nous allons ensuite passer un peu de temps dans la famille (cousines, tantes, nièces…) de Pauline.

25/04/2008 : Université

Jean-Marie travaillant à l’université Gaston Berger de Saint Louis nous propose de l’accompagner là-bas pour y rencontrer des étudiants. Sur ce campus étendu à l’écart de la ville où paissent des chèvres et des zébus, nous rencontrons le responsable du département de physique à qui nous exposons notre projet afin de savoir si des étudiants pourraient éventuellement être intéressés pour être nos contacts sur place. Il nous soumet alors à son tour un projet de l’UFR/SAT visant à électrifier leur département par le solaire et à réduire leur dépense énergétique. Nous prenons lors rendez-vous pour voir les étudiants responsables de ce projet. La journée se finit autours d’un cocktail à base de bissap.

26/04/2008 : Départ pour la brousse, Première étape : N’Diol

Un ami nous conduit dans ce petit village à 27km au nord-est de Saint Louis. Ousmane Fall, notre correspondant sur place et directeur de l’école de N’Diol, nous ouvre sans réserve sa maison. Nous discutons des projets déjà réalisés dans ce village et de l’amour d’Ousmane pour la France. Après un copieux tieboudiene, nous visitons le village, son école, son séchoir à oignons et ses terrains de jeux et nous rencontrons le chef ainsi que l’infirmière de N’Diol.

27/04/2008 : Deuxième et troisième étapes : Djoudj et Maraye

Nous commençons par nous faire un petit plaisir touristique : le parc national des oiseaux du Djoudj. Une merveilleuse balade en pirogue au milieu des pélicans et des aigles pêcheurs. Puis nous reprenons la route pour le deuxième village que nous souhaitions visiter, Maraye. Nous y arrivons en milieu d’après-midi et nous y sommes accueillis par l’équipe d’enseignants qui se charge de nous faire découvrir leur petite localité.

28/04/2008 : Visite de l’école de Maraye, rencontre de Mr Sow et retour sur Saint Louis

Nous nous levons avec les enfants du village pour partager leur matinée de classe. Un moment fort avec au programme lecture d’un texte sur la richesse des différences culturelles, mathématiques et géographie (on remerciera les clubs de foot qui nous ont permis d’illustrer les villes de Marseille et Madrid notamment).

C’est ensuite avec regret que nous laissons les enfants pour regagner Saint Louis. Mais d’abord nous sommes invités à déjeuner avec Mr Sow, président de la communauté rurale de Ross Béthio dont dépend Maraye. Nous lui exposons notre projet qui l’intéresse beaucoup autour d’un thiou à la crevette. Il nous explique alors qu’un des problèmes essentiels qu’il a à résoudre est lié à l’eau, que ce soit l’eau potable ou l’irrigation des terres cultivables. Il considère cependant aussi comme essentielle l’utilisation du potentiel solaire.

29/04/2008 : Rendez-vous avec les étudiants

Les 6 étudiants du club physique nous expose en détail leur projet d’électrification par le solaire de l’UFR/SAT. Nous leur proposons de faire notre possible pour trouver les fonds en France. Pour cela nous leur demandons de nous faire parvenir toutes les informations nécessaires comme leur budget prévisionnel au plus vite. Notre projet les intéresse avec modération et nous ne savons pas si nous réussirons à les convaincre d’être nos contacts sur place pour la réalisation de notre action.

30/04/2008 : Achat de souvenirs

01/05/2008 : Concert privé

Nous retrouvons un ami musicien rencontré à Dakar. Lui et son groupe nous font découvrir les instruments typiques comme la kora et le balafon aux sons insolites pour nos oreilles d’européens.

02/05/2008 : Retour à Dakar

Nous laissons notre couple d’amis à regret pour remonter dans un taxi brousse sur-bondé qui nous ramène en 5h (petit extra dû à une pause café interminable) à la capitale. Nous enchaînons aussi sec par notre rendez-vous à l’ASER où on explique les installations classiques montées en générale dans les localités rurales. On découvre alors que N’Diol fait partie du prochain programme d’électrification national mais pas Maraye. On poursuit par le marché de Sandaga pour boucler nos emplettes.

03/05/2008 : Visite de l’île de Gorée

Nous prenons tôt le bateau pour nous rendre sur l’île de Gorée au sud de Dakar, site connu pour son rôle dans la traite des Noirs. Gorée est un endroit qui ne s’oublie pas. Mis à part la visite émouvante de la maison des esclaves, nous avons découvert les églises, les maisons coloniales, le marché artisanal et les paysages sauvages de ce petit bout de terre. Après un thé avec une troupe d’artistes peintres inspirés par la vue imprenable de leur squat sur la mer, nous regagnons le continent pour nous préparer à une soirée dansante organisé par un ami. La nuit est donc passée à tenter de suivre les rythmes endiablés de Mbalax, danse typique du Sénégal.

04/05/2008 : Repos

Journée avec comme point d’orgue le délicieux mafé viande de Fatou, notre logeuse, dégusté devant le championnat régional d’athlétisme…

05/05/2008 : Retour à nos pénates

Départ sans problème et retour à la grisaille parisienne avec arrêt à Madrid comme à l’aller, mais les têtes pleines de souvenirs merveilleux et une grande envie de revenir dans la patrie de la Téranga.

Remerciements :

Tout en sachant que nous oublions forcément du monde, nous voudrions remercier spécialement Mr Barry pour son accueil et son précieux carnet d’adresses, Mr Amadou pour sa générosité, Mr Fall pour notre séjour à N’Diol ainsi que tout nos amis sénégalais.

Hommage :

Ce voyage tenait énormément à Marion qui nous a quittés en 2010. Nous espérons lui rendre hommage en réalisant ce projet d’aide humanitaire au Sénégal qu’elle n’a pas eu le temps de finir avec nous.

Haut de page