Mission de Juillet 2010

Compte rendu de la Mission de Juillet 2010 à Madagascar

Membres du voyage : Hanna LE JEANNIC, Eloise SZMATULA, Annabelle GUEGUEN.

Nous partons le dimanche 25 juillet, de Roissy Charles de Gaulle, direction Antananarivo. L’avion ayant du retard nous arrivons le soir même vers 23h.

Nous passons deux nuits à Tana hébergées par le grand-oncle de Hanna LE JEANNIC avant de prendre le taxi-brousse en direction de Morondava. Pendant ces journées nous visitons deux collines sacrées et rencontrons notre contact M. Dera HAIDERALY président de la branche malgache de Nazarena.

Arrivées le 28 juillet au matin à Morondava, nous passons une nuit sur place à l’hôtel des Bougainvilliers.

Puis nous reprenons la route le lendemain pour Belo sur Tsiribihina

Nous arrivons à Belo le 29 juillet en début d’après midi.

Nous nous reposons et visitons un peu la ville.

Vendredi matin nous allons voir l’adjoint au préfet et Jadang MARTIN, responsable de l’association Nazarena à Belo.

Dera devant partir pour régler un problème personnel, il nous confie à M. MARTIN mais celui ci ne peut s’occuper de nous. Dera revient le dimanche 1er août au soir.

A partir du 2 août jusqu’au 5 août s’enchaînent les visites : nous avons pu voir :

le sous-préfet (chef de District), le proviseur du lycée public, Akil (un commerçant), le chef de cantonnement, des responsables à la mairie de Belo, un commerçant indien qui a un ordinateur, le receveur de la poste, les responsables de l’animation rurale, Monsieur Jean, informaticien et Michel HERIQUE propriétaire de l’hôtel restaurant QUEEN.

Malheureusement les étudiants sont en vacances, et les professeurs corrigent le BEPC, nous ne pouvons donc les voir.

Nous repartons le 5 août au matin pour Tana, nous arrivons le 6 août très tôt, épuisées, nous nous reposons la journée. Nous dînons avec Lucas RODWELL qui s’occupe d’enseigner l’informatique à des jeunes dans les quartiers défavorisés de Tana. Il nous dit qu’il peut tenter de se renseigner pour notre gérant, et que nous pouvons continuer à le contacter régulièrement par mail. Nous partons pour l’aéroport, l’avion part à 1h du matin pour Paris. Nous arrivons sans encombre.

Nous avons pu constater que la demande en technologie était forte et ce pour différentes utilisations. La bureautique est très demandée des administratifs qui aimeraient envoyer facilement des mails sans avoir à sa déplacer à Morondava, mais le coté loisirs de l’ordinateur et de l’accès à Internet n’est pas mis de coté. Belo sur Tsiribihina est une petite ville où l’on manque de distractions, seule la Télé et le tout petit cinéma rythme la vie de la population. Une salle de projection, même de documentaires en français serait une véritable aubaine pour la population.

De plus Belo sur Tsiribihina, du fait de son passage obligatoire pour l’allée des baobabs, pour aller voir les Tsingy, mais aussi pour la descente de la Tsiribihina, est un haut lieu de passage touristique. Les touristes sont très demandeurs d’ordinateurs, surtout pour aller sur internet.

Par conséquent, le projet ne manquera à priori pas de financement.

Cependant il y a urgence pour l’installation de notre centre de télécommunication car les propriétaires d’hôtel commencent à s’intéresser à l’idée des ordinateurs pour leurs clients.

Nous avions peur pour l’état des installations électriques de la ville mais aussi du lycée, nous avons ainsi pu constater que le quartier du lycée est le quartier administratif de la ville : par conséquent le réseau électrique y est très stable : plus de coupures de courant. De plus la salle du lycée est déjà approvisionnée en électricité, il reste simplement à installer des prises électriques.

Nous remarquons cependant que le niveau de français de la population est beaucoup plus bas que ce que nous imaginions. Si certains arrivent à le comprendre, très peu arrivent à le parler.

Notre gérant-professeur doit donc être parfaitement bilingue.

Pour les aspects techniques, Internet sera accessible sous forme de clé 3G qui est la seule possibilité dans la région dans l’état actuel des choses. Nous pensons actuellement administrer sans doute le réseau à distance, ce qui nous permettrait de diminuer les caractéristiques professionnelles indispensables de notre gérant et ainsi mettre plus en valeur son coté pédagogue.

La propriété du projet sera celle de PC Coup d’Pouce durant les premières années afin de voir si le projet est rentable et de créer un lien entre nous et notre gérant, mais nous souhaitons dans l’idéal passer la propriété du projet au lycée.

Les soucis qu’il nous reste à régler sont :

- Le problème du gérant : il nous faut quelqu’un qui soit un excellent pédagogue en plus d’être bon en informatique car la population n’est absolument pas familière des ordinateurs (la plupart ne savent même pas les allumer) et parle très mal français. De plus celui ci doit être une personne de confiance pour la mise en place de notre social business.

- Le transfert des ordinateurs. Les routes sont dangereuses surtout pour les touristes car les bandits savent qu’ils ont de l’argent sur eux. Par conséquent il nous faudra ruser pour ne pas avoir de problème avec le transport. De plus il y a des fouilles militaires assez régulières le long de la route. Le passage de ces barrages risque d’être problématique. Peut-être le statut d’ONG de Nazarena pourra-t-il nous aider notamment à être dédouanés facilement à l’arrivée (droits de douane de l’ordre de 90 000 Ar)

Le transport se fera à priori de Paris à Tana en avion par fret (prix de l’ordre de 1 euros/kg avec Corsair), puis de Tana à Belo, soit par taxibe, soit par location de camionnette avec chauffeur (650 000 Ar environ pour 4).

Pour en savoir plus sur cette mission, voici la transcription des entretiens que nous avons eu sur place :

PDF - 80.6 ko

Perspective : 2ème mission 2011

Le second voyage qui devrait normalement se faire en juillet prochain, sera l’occasion de remettre la salle en état (installation de prises) et d’installer les ordinateurs et le réseau.

Cette année sera donc axée sur plusieurs points. Tout d’abord le maintien des relations avec les habitants de Belo-sur-Tsiribihina. Mais aussi la recherche d’un gérant qui soit à la fois pédagogue et assez doué pour l’administration d’un réseau. Enfin cette année sera consacrée à la recherche de financements au travers de : concours humanitaires, d’entreprises, et de « micro-investissements » de particuliers. Ces financements seront utilisés pour : les achats divers (ordinateurs, prises électriques, clé 3G) et l’acheminement des ordinateurs et des bénévoles cet été.

Haut de page



À lire aussi...

Mission de Juillet 2012

Compte-rendu de la Mission de Juillet 2012 à Madagascar Membres du voyage : Laura MAGRO, Vincent NIER Nous partons le dimanche 15 juillet de Paris (...) 

> Lire la suite...

Mission de Septembre 2011

Compte rendu de la Mission de Septembre 2011 à Madagascar Membres du voyage : Aucun de nous ne peut se rendre sur place à cause des stages de 2ème (...) 

> Lire la suite...